Travailler sous les intempéries, quels sont les risques ?



Dans certains domaines d’activités où les postes de travail sont souvent à l’extérieur, où les matériels sont stockés ou installés à l’air libre, les conditions météorologiques ont une incidence toute particulière sur les conditions de travail et la sécurité des opérateurs.

Les travailleurs de la construction sont exposés à un grand nombre de risques et aux intempéries qui affectent les conditions de travail (ex : surfaces rendues glissantes par la pluie, chaleur accrue provoquant des malaises, insolation…).


Quels sont les risques ?

 

Les travaux en extérieur (bâtiment, travaux publics, travaux agricoles…) peuvent exposer les travailleurs aux intempéries suivantes en Guyane :


  • En cas de pluies


L’exposition à de fortes pluies peuvent provoquer :

  • Fatigue
  • Hypothermie
  • Baisse de la vigilance
  • Glissade, chute
  • Risques électriques lors de travaux à proximité de lignes électriques sous tension

                                

  • En cas d’orage

 

L’orage peut causer des dégâts sur l’humain et le matériel :

  • Les outils mécaniques attirent la foudre
  • Risque d’électrocution

 

  • En cas de chaleur


L’exposition des salariés à de fortes chaleurs, peut provoquer :

  • Fatigue, sueurs abondantes, 
  • Malaise
  • Déshydratation, 
  • Coup de chaleur

 

 Que doit faire l’employeur ?

 

La règle : la protection des travailleurs contre les conditions atmosphériques

Au titre de son obligation générale de sécurité, l’employeur doit se préoccuper des prévisions météorologiques et ce, d’autant plus que la réglementation comporte des dispositions spécifiques à la prise en compte par l’employeur de la météo du jour.

Que dit la loi ?

 

Les travaux temporaires en hauteur ne doivent pas être réalisés lorsque les conditions météorologiques ou liées à l’environnement du poste de travail sont susceptibles de compromettre la sécurité et la santé des travailleurs (Code du travail, art. R. 4323–68).

Il est interdit de travailler sur des toits rendus glissants par les conditions atmosphériques, sauf s’il existe des dispositifs de protection installés à cet effet (Code du travail, art. R. 4534–94).
Les postes de travail à l’extérieur doivent être aménagés de telle façon que les travailleurs soient protégés contre les conditions atmosphériques (Code du travail, art. R. 4225–1).

L’employeur doit mettre à disposition des salariés affectés à des travaux en extérieur des vêtements de protection qui les protègent contre le froid, les intempéries et les risques courants du BTP (Code du travail, art. R. 4323–95).
Ces vêtements de protection doivent être fournis gratuitement par l’employeur qui assure les entretiens, réparations et remplacements nécessaires.

 

Comment éviter ces risques ?

 

  • En cas de pluies


- Planifier le travail en fonction des conditions météorologiques

- Mettre à disposition les équipements de protections individuelles et vêtements adéquats (gants, pantalons et vestes pour la pluie...)

- Arrêt de tout travail en hauteur (sur toiture, échafaudage…) pouvant générer des risques de chute, tous travaux à proximité d’une ligne ou réseau électrique



  • En cas d’orage, comment éviter la foudre ?


- S’éloigner et ne pas toucher les structures métalliques (pylônes, grilles, poteaux, clôtures, etc.)

- Ne pas rester sous un arbre en cas d’orage, s’éloigner des cours d’eau et des points hauts

- S’il n’y a pas d’abri, s’accroupir sur le sol, les pieds sur une matière isolante (ciré, sac à dos, corde, etc.) et rentrer la tête dans les épaules. S’éloigner d’au moins 3 mètres des autres personnes aux alentours 

- S’abriter dans un bâtiment ou dans une voiture fermée et à l’arrêt

- En voiture, ne pas rouler, ne pas stationner sous un arbre et ne pas toucher les parties métalliques de la voiture

- Ne pas rester en bord de plage et des points d’eau

- Ne jamais s’abriter sous un parapluie

- Privilégier un endroit bétonné ou s’accroupir au sol

 

  • En cas de forte chaleur :

 

Lors de périodes de fortes chaleurs, certaines mesures techniques et organisationnelles peuvent contribuer à la réduction des risques :


- Aménager les horaires de travail en période de fortes chaleurs en favorisant les heures les moins chaudes de la journée 

- Limiter le temps d’exposition du salarié à la chaleur en effectuant des rotations de personnel si possible 

- Augmenter la fréquence des pauses de récupération, dans des lieux frais 

- Permettre au salarié d’adopter son propre rythme de travail pour réduire sa contrainte thermique 

- Boire régulièrement

- Eviter le travail isolé

- Limiter ou reporter le travail physique pour réduire la production de chaleur métabolique 

- Prévoir des sources d’eau potable à proximité des postes de travail et des aires de repos ombragées ou climatisées 

- Former et informer les salariés sur les risques liés à la chaleur, et les mesures de premier secours


Sources :

https://www.editions-tissot.fr/actualite/sante-securite/les-intemperies